Les taxis Artisans Citoyens avec nous !

Taxi driver

« Il y a toute une faune qui sort la nuit… » : Vous souvenez-vous ? Taxi Driver, Robert De Niro dans son taxi jaune… C’était en 1976. Monde de la nuit, univers parallèle, parfois glauque et marginal. A l’époque les taxis étaient à la mode.

Pourquoi croyez-vous que la profession de chauffeur taxi soit aussi réglementée ? Détail significatif, elle dépend toujours du ministère de l’intérieur : 3 mois de formation, 4 UV, licence onéreuse, casier judiciaire vierge, nombre limité, tarifs encadrés, compteur, lumineux… N’est pas taxi qui veut.

Notre époque ne présente pas moins de risques, c’est ce que s’évertuent à rappeler les représentants des taxis. Deux poids, deux mesures, contrainte pour les uns, totale liberté pour les autres, juste pour faire plaisir à l’opinion publique. Il ne faudra pas s’offusquer si le trafic de drogue se fait à l’arrière des VTC ou si Daech s’en sert pour radicaliser. Toute une population de jeunes gens en sortie de boîte, fatiguée, alcoolisée, parfois sous l’effet de l’herbe, c’est trop facile ! Mais notre époque semble frappée d’amnésie. Se souvient-on seulement que nous sommes toujours en État d’urgence ? Allez faire un tour sur le site du Syndicat Autonome des Artisans Taxis de Bordeaux et de la Gironde, ils vous diront le reste…

Certains vous diront que les artisans taxis ne sont pas irréprochables : entre ceux qui ne prennent pas la carte de crédit, ou qui n’acceptent que de l’argent liquide, ceux dont les courses sont aléatoires et variables. Malheureusement, il y a quand même fort à parier que la réputation faite par une poignée d’artisans irrespectueux, ne colle à la profession toute entière.

Un taxi pour Tobrouk : toute une histoire !

C’est en 1948 que les 8 500 taxis de la capitale et les conducteurs propriétaires ont obtenu le statut d’artisan. Liée aux crises énergétiques, aux guerres, aux mouvements sociaux, l’histoire des taxis est riche en rebondissements. Il faut en avoir conscience.

— « Je vais vous faire un aveu. J’en ai beaucoup plus appris sur l’Amérique en montant dans des taxis, qu’en limousine avec chauffeur ». C’est ce que dit le sénateur à Travis, dans Taxi Driver.

Les taxis ont longtemps bénéficié d’un monopôle. Au nom d’une pseudo modernité, les bornes de taxis seraient devenues ringardes. Pourtant les taxis ont, eux aussi, leur application mobile. La jeune clientèle, connectée, a plébiscité les VTC. Le consommateur moderne veut avoir le choix.

Qui sont ces VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur) ? Comme les artisans taxis, ils sont inscrits à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, comme les micro-entrepreneurs, ils suscitent la grogne chez les artisans assujettis à la TVA. On peut légitimement craindre, de ces statuts,  qu’ils ne génèrent plus de précarité que de richesse. Ils sont nés de l’exigence électoraliste obsessionnelle des politiques de faire baisser, coute que coute, le nombre des chômeurs. Des lois sortent sans qu’on se préoccupe véritablement des conséquences qu’elles auront sur la biodiversité existante.

Un taxi mauve : destin de taxi !

Comment les artisans taxis pouvaient-ils accueillir à bras ouverts ces VTC ?

Taxis des villes, taxis des zones rurales. Ce n’est pas simple non plus. Les clients des taxis ruraux sont souvent des personnes malades ou à mobilité réduite. Ils les conduisent chaque jour vers les hôpitaux de Bordeaux ou d’ailleurs.

— « Le problème, c’est la sécu. pour être réglé. Et puis les médecins ont été aidés pour les équipements informatiques, pas les taxis !», nous disent les artisans.

Et puis il y a la circulation… Et puis il y a les accidents du travail : Pour gagner du temps, les salariés ne respectent pas toujours les procédures lorsqu’il s’agit d’aider des personnes handicapées ou âgées. Ils se font mal au dos… Administrativement, c’est lourd !

Aujourd’hui, la CMA accompagne les artisans taxis pour qu’ils s’adaptent à ce qu’on appelle la « Silver Économie ». La population vieillit, on attend d’eux d’autres services. Notre monde va vite, plus vite que les automobiles sur la rocade de Bordeaux…

d296e537f41224dca3c5cb48dbe86575((