Facilipass en résumé

Facilipass en résumé

FACILIPASS en résumé

 

La multitude d’offres abusivement dites « à 1€ » inquiète les artisans. Que peut l’entreprise artisanale face à ces groupes qui utilisent le système à leur profit, se faisant passer pour organismes gouvernementaux ?

Le PACK FACILIPASS, la riposte de la CAPEB !

Plus fort ensemble ! Fidèle à son slogan, d’une proposition qui bénéficie essentiellement à un intermédiaire, la CAPEB en a fait une offre gagnant-gagnant pour l’artisan et le client.

Le pack FACILIPASS est une offre tout inclus comprenant la chaudière ou la pompe à chaleur, le thermostat et la pose du matériel, destinée à des travaux de rénovation (elle ne concerne ni le neuf, ni le remplacement des anciennes chaudières à haute performance).

Une offre pour les artisans qualifiés RGE

Pour bénéficier de toute aide accordée par l’État, les travaux doivent être obligatoirement réalisés par une entreprise ou un artisan qualifié RGE.

Pour le pack chaudière, les qualifications demandées à l’entreprise sont PG Installation et RGE dans le domaine des chaudières à condensation ou micro-cogénération gaz.

Quel en est le principe ?

La facture est réduite grâce à différents efforts consentis :

  • L’aide de l’Anah et son programme « Habiter Mieux agilité » qui permet une prise en charge de 30 à 50% du montant des travaux HT, selon l’éligibilité des clients.

L’Anah a pour mission d’améliorer le parc de logements privés existants par des aides financières aux travaux. Elle accompagne les collectivités et les propriétaires du parc privé.

  • Le dispositif CEE « Coup de pouce chauffage » qui est une prime à la conversion de chaudière non performante.

Depuis le début de l’année 2019, le ministère de la transition écologique et solidaire a fait le choix de massifier ce dispositif et d’aider désormais tous les particuliers à sortir des énergies fossiles, à isoler leur logement et ainsi à diminuer significativement leurs factures de chauffage.

L’artisan est libre de travailler avec le fournisseur d’énergie qu’il souhaite et qui portera les certificats d’économies d’énergie (CEE).

  • A cela, il faut ajouter la mobilisation des industriels fabricants de chaudières pour arriver à une facture dégressive en fonction des revenus du client.

Qui fait quoi ?

Le partenaire BUTAGAZ a mis en place la cellule pour le montage des dossiers de demande des aides et du financement.

Les artisans restent maîtres de la relation avec le client. Pour le client, c’est également la sécurité d’une relation privilégiée avec le professionnel.

Qu’en est-il du financement ?

Si le partenariat a été signé avec BUTAGAZ pour les certificats économies d’énergie, FRANFINANCE en est l’établissement bancaire.

Quels sont les matériels concernés ?

FACILIPASS concerne des matériels de qualité et performants en terme de consommation énergétique :

  • les chaudières à gaz, murale et sol,
  • les pompes à chaleur, simple et double,
  • et prochainement, les chaudières biomasses.

Qui sont les fournisseurs de chaudières ?

  • ATLANTIC
  • DE DIETRICH
  • CHAPPEE
  • VIESSMANN
  • OERTLI

L’artisan continue de travailler avec sa (ses) marque(s) habituelle(s) et achète sa chaudière ou sa PAC à son fournisseur habituel en précisant bien qu’il l’achète pour FACILIPASS (dérogation tarifaire spécifique).

Butagaz gère le service clients

L’artisan contacte le service clients par téléphone au 09 69 32 70 97 ou par mail à facilipass@serviceclient.butagaz.fr afin de s’inscrire et de recevoir tous les documents nécessaires à la présentation de l’offre à ses clients.

L’administratif en moins !

Le devis que l’artisan propose à son client est un formulaire FACILIPASS pré-rempli avec les différents modèles de son fournisseur attitré (4 modèles). Les prix de ventes sont indiqués sur ce document. L’artisan a la possibilité de facturer des suppléments, pour les travaux induits, en rajoutant des forfaits de 100, 300, 900 euros (cumulables jusqu’à 1900 euros) qui peuvent être intégrés dans le financement.

Un tableau de l’Anah figure sur le document, le client peut ainsi déterminer dans quelle tranche il se situe en fonction de ses revenus, et cela permet à l’artisan de compléter l’information sur les aides dont il peut bénéficier ainsi que sur le financement.

Le financement n’est possible que si le reste à charge du client est supérieur à 1000 euros, établi sur 60 mois au taux de 4,90 %, avec une limite d’âge : le client ne doit pas avoir plus de 79 ans.

Une fois le bon de commande signé par le client, l’artisan envoie le devis à BUTAGAZ qui se charge de la partie administrative du dossier, aides de l’Anah, Certificats d’économie d’énergie, financement.

BUTAGAZ contacte le client pour lui demander les pièces justificatives et prend attache avec les différents organismes. Il reviendra vers l’artisan puis vers le client pour l’informer de la validation de son dossier (compter 1 semaine s’il n’y a pas d’aide de l’ANAH ; 1 à 2 mois dans le cas inverse).

Le client pourra encore bénéficier d’un crédit d’impôt après avoir déduit les aides FACILIPASS.

Lorsque le chantier est terminé, BUTAGAZ revient vers l’artisan et son client afin de leur demander les pièces complémentaires à joindre au dossier : facture, attestation sur l’honneur, attestation de fin de travaux.

Un fois le dossier complet et validé l’artisan est réglé sous 72 heures par BUTAGAZ, sans les primes CEE, celles-ci lui seront versées en fin de mois.

L’entretien n’est pas inclus dans le pack, l’artisan a toute liberté d’organiser l’entretien lui-même, de faire appel à un sous-traitant, ou encore à BUTAGAZ qui se chargera de lui proposer un professionnel pour cela.

Informations complémentaires…

A la CAPEB Gironde, pour toute information complémentaire, contactez Noëlle ROCHER au 06 11 26 70 63 ou par mail à noelle.rocher@capeb33.fr

Isolation des combles : pourquoi tant d’arnaques

Isolation des combles : pourquoi tant d’arnaques

Isolation des combles :
pourquoi tant d’arnaques 

Suite aux arnaques sur les aides abusivement dites « à 1€ » dénoncées par les médias, il me semble nécessaire de fournir quelques explications.

Si vous voulez aider des ménages modestes à hauteur de 50% du montant des travaux, il manquera encore les 50% restant. Si vous allez jusqu’à 80%, il en manquera toujours 20. L’erreur du système, selon moi, se situe là car, si l’État dit « on va t’aider », il faut qu’il aille jusqu’au bout de l’accompagnement.

Les habitations dites « passoires énergétiques »

Une maison dite « passoire énergétique » est une habitation énergivore car elle demande une dépense supplémentaire d’énergie du fait d’une mauvaise isolation. Vouloir rendre cette habitation moins polluante est tout à fait louable. En outre, cela permettra au ménage de faire des économies tout en gagnant en confort.

Quel est le principe ?

Les entreprises les plus polluantes payent une taxe à l’État que celui-ci reverse sous forme d’aides pour rendre moins polluantes les habitations des personnes éligibles. Je n’aime pas trop l’idée qu’il suffise d’être riche pour pouvoir polluer, mais laissons cela…

Côté client

Un commercial vient chez vous, fait le devis, monte le dossier d’obtention des aides, encaisse la part restant à votre charge. Les travaux peuvent commencer. C’est ainsi que des personnes se sont retrouvées avec des sacs de produits isolants dans leur garage. Ce n’est pas grave, puisque ça ne leur a coûté qu’1 € symbolique. Pour ce prix, l’entreprise malhonnête sait qu’elle ne sera guère inquiétée, elle récupérera de toute façon le montant des aides, son principal mérite étant d’en avoir fait l’avance.

Selon vous, le système mis en place par l’État est-il écologique et social ? J’aurais préféré, quant à moi, qu’il vienne nourrir une économie de proximité, qui constitue encore, avec l’agriculture, la dynamique des zones rurales.

Du point de vue de l’artisan

Notre organisation professionnelle, depuis plusieurs années, a demandé à ses adhérents de se former en thermique pour être en capacité d’accompagner véritablement les ménages dans la rénovation énergétique de leur logement. Ces artisans paient la formation et la qualification, exactement comme le ferait un agriculteur pour pouvoir utiliser la mention BIO. Vous comprenez mieux pourquoi ça gronde de ce côté : tout ça pour un rapport parfois faible, 1 ou 2 chantiers par an, d’autant plus que les marchés de la rénovation énergétique sont en train de leur échapper.

On confie généralement l’isolation des combles à un professionnel, charpentier-couvreur ou plâtrier. Vous allez me dire que les bons artisans sont tous déjà surchargés. C’est vrai ! Il n’empêche que des sociétés commerciales ont flairé le bon coup. Si la trésorerie des artisans ne leur permet pas de faire l’avance, elles vont la faire. Si le client n’a pas les fonds nécessaires pour la part restant à sa charge, elles vont s’associer à des organismes de crédit, et comme il suffit d’avoir la qualification RGE pour récupérer le montant des aides, elles vont faire la formation et payer la qualification. Je ne dis pas que certaines n’ont pas la compétence, mais c’est quand même trop facile ! Il ne reste plus qu’à se présenter comme « organisme d’État » afin de rassurer le client, et le tour est joué.

Il convient d’ajouter au tableau le démarchage abusif par téléphone que nous subissons chaque jour, les entreprises artisanales spécialisées n’ont pas l’habitude de harceler leurs clients.

L’effet boomerang

Pendant ce temps, les témoignages d’arnaques affluent. Et je ne parle pas des conséquences à venir. Nous, contribuables, avons déjà fait les frais des installations solaires avec un matériel chinois obsolète en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Ce sont les mêmes sociétés commerciales qui, après avoir tiré le rideau sur le solaire, sont passées à l’isolation des combles. Comment se fait-il que le gouvernement n’ait pas tiré les enseignements de cette opération désastreuse ?

Les conseils de Que choisir

Trois règles de base pour éviter les arnaques :

  • Ne jamais donner suite à un démarchage téléphonique.
  • Exiger un devis détaillé avant les travaux, même si ça ne coûte qu’un seul euro.
  • Prendre rendez-vous avec un conseiller de l’Espace Info Énergie local pour être conseillé gratuitement et sans parti pris sur les travaux d’économie d’énergie les plus pertinents pour son logement.

https://www.quechoisir.org/actualite-renovation-energetique-gare-aux-arnaques-a-1-eur-n65323/

Pack Chaudière FACILIPASS

Pack Chaudière FACILIPASS

Remplacer une chaudière pour 1€ est-ce possible ? Face à la multitude d’offres par les énergéticiens, vous êtes de plus en plus nombreux à nous faire part de votre inquiétude. Vous l’attendiez, la CAPEB l’a fait !

Une nouvelle offre pour les clients des entreprises artisanales

La CAPEB et BUTAGAZ, fournisseur de solutions multi-énergies, ont signé un partenariat pour proposer une offre packagée, un contrat gagnant-gagnant, autant pour le client que pour l’entreprise artisanale installatrice.

Cette offre a pour objectif :

  • de faciliter l’accès aux aides, coups de pouce, et autres promotions commerciales jugées trop complexes ;
  • de donner une valeur ajoutée à nos entreprises en valorisant le devoir de conseil et en simplifiant le montage du financement ;
  • de s’adapter à de nouveaux modes de consommation : la mensualisation, l’entretien, le dépannage et la maintenance…

Des tests sont actuellement en cours avec nos collègue de CAPEB Départementales de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Ile-de-France, afin d’affiner et d’améliorer l’offre.

Une offre sans condition de ressources

Un mot d’ordre : simplification ! Cette offre est ouverte à tous les particuliers quelles que soient leurs ressources. Seul le montant de l’aide « coup de pouce » des CEE varie en fonction des revenus du ménage.

Une offre « tout compris »

Au remplacement d’une chaudière classique par une chaudière à gaz à très haute performance énergétique, donc éligible aux CITE et CEE, s’ajoute la garantie constructeur étendue à 3 ans, l’entretien inclus et le dépannage ou la maintenance en option. Enfin, ce dispositif permet au client d’avoir accès à un règlement par mensualité sur 5 ans à partir de 36 euros par mois.

L’entreprise permet de présenter une large gamme de chaudières et d’options. Un dispositif d’accompagnement, sous forme de kits prêts à l’emploi, vient à l’appui des services commercial, marketing et administratif dispensés par les entreprises.

Tout est fluide pour les entreprises PG et RGE ainsi que pour leurs clients.

Afin de vous accompagner, la CAPEB Gironde organisera prochainement une réunion d’information, prière de vous faire connaître sans attendre !

Contactez Noëlle ROCHER
Mail : noelle.rocher@capeb33.fr
Téléphone : 06 11 26 70 63

360travaux.com

360travaux.com

Le monde bouge, la CAPEB bouge avec lui. Qu’on le veuille ou non, les modes de consommation changent, les clients se trouvent de plus en plus sur le web. Les plateformes fleurissent, les artisans en sont de plus en plus dépendants.

Tourner le dos, ou agir : la CAPEB a choisi d’agir !

Un véritable service commercial

Qu’est-ce qu’une plateforme de mise en relation clients/professionnels ? Un outil, un simple outil ; comme un livre dont les pages seraient blanches, nous avons choisi d’y inscrire notre philosophie, nos valeurs artisanales. C’est ce qui fait toute la différence entre 360travaux.com et les autres plateformes sur le marché : une plateforme faite par les artisans, pour les artisans.

Nous y avons mis également toutes nos expériences : du coup, depuis le contact, jusqu’au règlement final, si la plateforme ne se substitue pas à l’artisan, elle l’accompagne de bout en bout.

Vous simplifier la vie

Les devis sans suite, nous connaissons ! Les demandes publiées sur la plateforme sont scrupuleusement vérifiées auprès des clients, tant sur la faisabilité que sur la capacité de financement des demandeurs.

360travaux assure un certain nombre de tâches administratives : vérification des assurances, charte qualité, remplacement de l’entrepreneur en cas de défaillance. Mieux encore, la plateforme s’occupe également des relances de vos factures !

Un service adapté aux entreprises artisanales

Sans abonnement, les contacts sont gratuits, vous ne reversez une commission que lorsque vous avez obtenu, réalisé les travaux, et que le client les a payés. Les commissions sont adaptées et dégressives en fonction du montant des travaux.

Plus de sécurité pour les clients !

Pour le client, c’est la certitude d’un artisan sérieux, bien accompagné par la première organisation professionnelle des entreprises artisanales du bâtiment : nous avons des savoir-faire, nous devons le faire savoir !

Informations

Contactez Noëlle ROCHER
Mail : noelle.rocher@capeb33.fr
Téléphone : 06 11 26 70 63

Eco Artisan et RGE

Eco Artisan et RGE

ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES AU NIVEAU DES TERRITOIRES

Premier point de cette réunion de la section des Éco Artisans, Daniel SELLIER, son président, rappelle que les communautés de communes accompagnent les entreprises au niveau des territoires. Le service Développement économique accueille les entrepreneurs mais aussi tous les porteurs de projets qui souhaiteraient s’implanter sur le territoire en créant ou reprenant une entreprise.

Les programmes locaux de l’habitat gèrent et innovent dans le domaine de la lutte contre la précarité énergétique. Ils peuvent constituer une première piste de développement pour les artisans qualifiés dans la rénovation énergétique.

MA RENOV BORDEAUX MÉTROPOLE

Parmi les initiatives locales, Daniel rappelle l’existence de la plateforme Ma Rénov, sur Bordeaux Métropole. Cette plateforme, destinée à stimuler la rénovation énergétique des bâtiments, est gratuite pour les artisans qui souhaitent s’y inscrire : www.marenov.bordeaux-metropole.fr. Elle fonctionne comme toute plateforme de mise en relation des clients (ou bailleurs) et des artisans.

WWW.360TRAVAUX.COM

Impossible de parler plateforme sans aborder 360travaux.com, la plateforme créée par les artisans du bâtiment pour les artisans du bâtiment. N’oubliez-pas de vous inscrire, c’est gratuit, c’est fait pour vous faciliter la vie, puisque vous êtes accompagné de la vérification du contact, jusqu’au recouvrement, en passant par la réalisation des travaux !

ÉCO ARTISAN/RGE : DOUTES ET REMARQUES…

Un peu d’histoire…

ÉCO ARTISAN est un label de qualité développé par la CAPEB en 2008, faisant suite aux engagements du Grenelle de l’environnement. Il s’articule autour de 3 grands engagements :

— proposer à ses clients une évaluation de la performance énergétique de leur logement,

— apporter un conseil global en rénovation énergétique,

— réaliser les travaux dans son corps de métier et en vérifier la qualité.

Rappelons que les rencontres politiques du Grenelle de l’environnement avaient pour vocation de prendre des décisions à long terme en manière d’environnement et de développement durable.

Dans un premier temps, trop peu d’artisans ayant fait cette démarche volontaire et spontanée, avec la nécessité grandissante des travaux de rénovation énergétique, l’Agence de l’énergie et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), avec les pouvoirs publics, ont mis en place le label RGE « Reconnu Grenelle Environnement », qui, avec le gouvernement suivant est devenu « Reconnu Garant de l’Environnement ». Entre les deux, nous avons perdu beaucoup de temps pour un simple changement de dénomination. Du choix Eco Artisan, par passion, nous sommes passés au choix RGE, par obligation.

Depuis 2014, l’obtention des aides, telles que le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), la prime énergie ou CEE (Certificat d’Économie d’Énergie, et l’éco prêt à taux zéro (Éco PTZ), entre autres, impose la mise en œuvre de travaux de rénovation conduits par une entreprise RGE. Ce label permet aux professionnels, après une formation spécifique, de certifier de son savoir-faire, et guide le client dans le choix du professionnel, en attestant de son inscription au Registre du commerce ou au répertoire des métiers, de la transparence financière et de sa formation.

Aujourd’hui, RGE se décline en plusieurs branches :

— RGE Certibat : professionnels formés à la conception et à la réalisation d’offres globales de rénovation énergétique ;

— RGE Eco artisan : artisans compétents dans les domaines de la performance énergétique et les travaux d’efficacité énergétique ;

— RGE Qualibat : professionnels experts en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables ;

— RGE Qualifelec : professionnels qualifiés dans les domaines des travaux électriques ou l’installation d’appareils utilisant des énergies renouvelables ;

— RGE Qualit’EnR : installateurs de systèmes utilisant des énergies renouvelables.

Paroles d’artisans

Peu efficace, trop complexe, pas rentable… Les artisans entendent bien que l’accession aux aides, par les clients, soit soumise à condition, mais ils critiquent aussi le fonctionnement du label RGE, et se retourne vers QUALIBAT, organisme indépendant choisi pour le gérer.

La réunion de ce soir avait essentiellement pour but de libérer la parole et de chercher des pistes d’amélioration de la situation, en présence de Quentin HANS, attaché parlementaire de la députée Véronique HAMMERER.

Deux des artisans présents ont choisi de sortir du RGE : l’un parce que ça ne lui amène pas assez de chantiers, l’autre, depuis la sortie des fenêtres du CITE… sauf que les fenêtres viennent d’être réintégrées dans le CITE, mais jusqu’à quand ?

Les plombiers chauffagistes n’ont guère le choix. Il semble qu’ils s’en accommodent d’autant mieux que les technologies évoluent vite. Un artisan dit avoir demandé le RGE pour le photovoltaïque qui ne lui a servi que pour sa propre maison : « nous avons choisi les meilleures méthodes, avec des tuiles, dans les règles de l’art, que pouvons-nous faire face à des margoulins qui vendent des panneaux chinois au rabais » ?

Qu’est-ce que cela suppose pour l’artisan ?

Le pré-requis pour être reconnu RGE passe par une qualification professionnelle, à laquelle vient se greffer le label RGE. La formation nécessaire pour cela dépend du type de qualification professionnelle et de la qualification désirée. Exemple : RENOV (3 jours), Qualipack (5 jours), selon l’organisme qualificateur.

L’Eco Artisan doit en plus se munir d’un logiciel de calcul thermique (un investissement supplémentaire d’environ 300 euros) pour effectuer les évaluations thermiques.

Le montant annuel de l’adhésion s’élève à 126 Euros TTC. Suivant l’importance de l’entreprise, le coût peut être plus élevé.

Tous les 4 ans, il faut reconduire les labels, que ce soit Eco Artisan ou RGE. Là, les choses se gâtent. Cela suppose de déposer un dossier qui semble trop lourd pour des artisans déjà noyés sous la paperasse. « Et pourtant, pour nous, c’est plus facile parce que je m’occupe de l’administratif, mais je me demande comment peut faire un artisan qui travaille seul », dira une adhérente.

« Et je ne vous explique pas le travail quand vous avez le RGE pour plusieurs qualifications », dira un autre.

Au bout de deux ans, l’artisan est audité. Le montant de cette opération s’élève à 315 euros. Il est clair que l’investissement n’est pas amortissable par un artisan qui fait peut de chantiers pour lesquels les aides sont demandées. « Il est vrai que les gens, par pudeur, ne nous disent pas toujours s’ils demandent un crédit d’impôt », reconnaîtra un artisan.

« Effectivement, demander le RGE n’est pas nécessaire pour tout le monde. Certains artisans ne le comprennent pas, ils pensent même que le RGE est nécessaire pour que le client bénéficie d’un taux réduit de TVA, alors que ça n’a rien à voir », ajoute Daniel SELLIER.

Que pouvons-nous proposer ?

« Ne pas laisser n’importe qui s’installer sans compétence ! », dira un artisan. Selon lui, il semble que le RGE soit davantage un label commercial que la reconnaissance d’une réelle compétence. « Parce que chacun travaille pour sa pomme », ajoute t-il. « Or la rénovation énergétique demande méthode et rigueur. On commence par le toit, puis on descend vers les parois et fenêtres, la ventilation, puis la chaudière. Installer une chaudière à condensation dernier cri dans une maison mal isolée, ce n’est pas très utile. »

Pour cette même raison, un autre souhaiterait que l’étude thermique préalable soit rendue obligatoire : « Au départ, l’idée était bonne, mais il y a eu dérapage ».

La simplification de l’organisation est unanimement demandée : « Il ne faudrait pas que nous ayons les labels Eco Artisan et RGE à reconduire la même année, c’est trop lourd administrativement parlant ». Peut-être que les dossiers devraient être dématérialisés, cela permettrait de ne pas avoir tout à refaire en totalité pour des entreprises ayant le label de très longue date ?

Daniel Sellier propose de remonter les informations auprès de la Confédération pour contribuer à la recherche de pistes d’amélioration. Il conclut en rappelant qu’il est important pour tous que les adhérents puissent témoigner de leur expérience : les responsables des sections métiers sont à leur écoute et agissent pour le collectif.

 

Chauffage et climatisation

ÉCO ÉNERGIE HABITAT
CLIMATISATION CHAUFFAGE
337, avenue Thiers
33000 BORDEAUX
Tél. 05 47 74 52 23
Tél. 06 67 17 78 16
BAUBIET Laurent
eco.ener@orange.fr

ÉNERGIES ÉCOLOGIQUE ET HABITAT
GÉNIE CLIMATIQUE
112, avenue de la Marine
33700 MÉRIGNAC
Tél. 05 56 51 11 26
Tél. 06 58 28 60 12
BOUQUEY Philippe
philippe.bouquey@numericable.fr

AQUITAINE SERVICE PLUS
CHAUFFAGISTE
37, avenue de Gradignan
33850 LÉOGNAN
Tél. 05 56 64 55 75
DELAGE Guy
comptabilite@aquitaineserviceplus.fr

NFG RÉNOV
ÉLECTRICITÉ PLOMBERIE CHAUFFAGE
Lieu-dit Bramepan
33650 SAINT-MORILLON
Tél. 07 78 66 88 35
GROLLEAU Frédéric
nfgrenov@gmail.com

BIENKOWSKI
ENTRETIEN DÉPANNAGE CHAUDIÈRES
19, rue d’Olive
33290 PAREMPUYRE
Tél. 05 56 57 07 11
BIENKOWSKI Philippe
philippe.bienkowski@wanadoo.fr

ICSA 33
CHAUFFAGE
26, allée de Migelane
33650 SAUCATS
Tél. 05 56 72 54 94
CARRERAS Pierre
sarl.ics33@gmail.com

MARTIN FRANCO
PLOMBERIE CHAUFFAGE SANITAIRE
11, rue du Port
33800 BORDEAUX
Tél. 06 35 29 90 55
FRANCO Alex
sarlmartinfranco@gmail.com

6fb49ff51c40fd686d00e0c63d94c7fbPP