Prélèvement à la source

Prélèvement à la source

Le prélèvement à la source arrive en janvier 2019. Cette mesure semble correspondre à une attente de notre société moderne. Le Gouvernement a entendu les inquiétudes des petites entreprises face à ce qui leur paraissait être une complication supplémentaire.

Afin d’accompagner nos adhérents, de dédramatiser et surtout d’informer sur les nouvelles pratiques, jeudi 8 novembre 2018, à la CAPEB Gironde, la CDFA33 recevait les représentants de la Direction Régionale des Finances Publiques.

Le rôle de l’employeur est limité aux actions suivantes :

  • recevoir le taux transmis par la DGFiP ;
  • appliquer ce taux pour retenir le montant du prélèvement à la source,
  • reverser l’impôt prélevé à la DGFiP.

L’administration fiscale reste le seul interlocuteur des contribuables.

Ceux qui n’ont besoin d’un rappel ou ceux qui n’ont pas pu assister à la présentation de l’impôt à la source, trouveront des informations à télécharger ci-dessous !

Nous vous conseillons de distribuer à vos salariés le guide qui leur est dédié.

Zéro déforestation, l’artisanat au secours du pin maritime

Zéro déforestation, l’artisanat au secours du pin maritime

Vivons Bois, hier soir, lors de la table ronde organisée par la CAPEB Gironde, s’est mué en « Passion bois » ! Il est vrai que les intervenants étaient de choix : Jacques SOULAS, architecte, constructeur bois, et Jacques LAPORTE, Compagnon charpentier, sont des sommités en Nouvelle Aquitaine, Jean-François LABROUSSE, dirigeant d’une scierie, et Damien GAILLARD du CODEFA, sont également des personnalités reconnues de la filière bois. Tous ont en commun la passion du bois. Philippe DORTHE portait la voie de la Région. Michel DUMON, artisan charpentier, et Frédéric LAFLEUR, responsable de la Section Bois, représentaient la CAPEB Gironde.

« Zéro déforestation, les artisans au secours du pin maritime », un titre volontairement contradictoire et provocateur : d’un côté nous voulons de belles forêts, de l’autre vous voulons des constructions bois. Façon, finalement, de se demander si le discours de l’écologie politique ne s’impose pas comme un discours d’autorité sur ceux qui vivent et valorisent les ressources de la terre ? Plus d’une heure d’échanges, simplement pour faire tomber quelques idées reçues.

La déforestation ne concerne pas notre pays. Les surfaces boisées n’ont pas cessé d’augmenter depuis la fin du XVIIIe siècle et la France, chaque année, ne consomme pas le bois qu’elle produit. On peut donc légitimement s’interroger sur les raisons qui font que nous exportons autant de bois du Nord ? La réponse est naturellement d’ordre économique.

Les forêts françaises sont des forêts artificielles, le réchauffement climatique, après les tempêtes passées, nous amène à réfléchir autrement la forêt. La forêt des Landes de Gascogne n’y échappe pas. Initialement plantée pour fixer les dunes du littoral et pour assécher des zones humides, il s’agit, désormais, de trouver un équilibre entre une utilisation raisonnée et la préservation d’un patrimoine inestimable et vital.

Le bois est un matériau renouvelable et nous avons, en Aquitaine, toutes les ressources nécessaires. Parce qu’il capte le carbone, son exploitation est utile à l’environnement. Enfin, la maison bois est confortable et s’adapte parfaitement à l’environnement. A côté, de cela, Jacques SOULAS, l’architecte et charpentier, s’interroge : est-il nécessaire de construire des immeubles en bois ? Pour lui, la construction n’est pas véritablement gourmande en bois, mais la gestion des forêts doit rester raisonnée.

De la conception à l’exécution, la maison bois repose sur une association de compétences spécifiques. Il est indispensable de tenir compte à la fois des impératifs de la construction et de ceux du matériau. Cela ne s’improvise pas. Jacques LAPORTE, en amoureux du bois et de l’apprentissage, rappelle la nécessité de transmettre les savoirs.

Travailler ensemble, réfléchir ensemble : un thème cher aux Artisans Citoyens, il trouve ici tout son sens. L’enjeu, nous l’avons vu, reste d’importer moins et d’utiliser mieux les ressources locales. Le CODEFA (Comité de développement Forêt Bois Aquitaine) est là pour cela : il regroupe les organismes et les organisations professionnelles régionales autour d’objectifs opérationnels et notamment d’actions de développement, de promotion et de formation, rappelle Damien GAILLARD. Pour ce jeune ingénieur agronome, il n’est pas possible de séparer l’arbre de son environnement, y compris environnement économique. Dans l’arbre, tous les niveaux sont exploités, depuis le tronc pour la charpente, jusqu’aux branches pour d’autres applications industrielles.

A la question d’un adhérent de la CAPEB « pourquoi l’importation de bois exotiques qui détruit les forêts de la planète ? », nos experts répondront : chaque bois est utilisé pour ses caractéristiques propres, mais la construction n’en ai pas véritablement responsable. Selon eux, l’expansion des surfaces agricoles est la première coupable.

Le pin maritime a t-il besoin que les artisans volent à son secours, comme le prétendait notre titre ? C’est Jean-François LABROUSSE qui, avec beaucoup de pudeur apportera la réponse. Évidemment, le pin maritime se porte bien dans notre région, en revanche, le dirigeant de la scierie de Préchac, chasseur et amoureux de sa forêt, parce qu’il vit la difficulté du métier et la concurrence des bois du nord, est sensible à la valorisation et à la promotion de son travail par ses amis artisans. Selon lui, c’est dans la qualité que se trouve le salut de la forêt des Landes de Gascogne.

Philippe DORTHE rappellera, quant à lui, le rôle de la région pour soutenir à la fois la filière bois et l’apprentissage. 90% de la surface forestière appartient à des propriétaires privés, avec 2,8 millions d’hectares, la forêt occupe 34% de la surface de notre région, cela donne une idée de l’enjeu pour la Nouvelle Aquitaine. Il n’y a pas seulement le pin maritime, puisque 62% sont des feuillus (chênes et châtaigniers). Au total, c’est un chiffre d’affaires des entreprises du secteur de près de 10 milliards d’euros qui place la Nouvelle-Aquitaine au deuxième rang des régions françaises.

La région a fait le choix de l’apprentissage, dit-il, rappelant l’opération « caisse à outil », avec le financement intégral du matériel pour les nouveaux entrants, quel que soit le métier choisi.

Tous se retrouvent autour du verre de l’amitié, en faisant la promesse de donner rapidement une suite à ce débat : merci à tous !

Soirée Plâtriers

Soirée Plâtriers

A l’origine de la CAPEB, il y a les métiers. Les sections professionnelles sont les héritières de nos anciennes corporations. On parle beaucoup de l’accompagnement administratif des adhérents, on néglige souvent le rôle majeur de notre organisation dans leur montée en compétence technique. Hier soir, à la CAPEB Gironde, le président Hervé CAMBO avait donné rendez-vous aux plâtriers et professionnels de l’isolation autour du thème : « Laine minérale et fibre de bois, les fondamentaux de la thermique ».

16 artisans plâtriers étaient présents à la soirée animée par les industriels ISOVER et ISONAT.

Laine minérale

La laine de verre, qu’est-ce que c’est ? On parle aujourd’hui de « laine minérale » car toutes les matières premières sont issues de minéraux. Si l’on extrait moins de matière première, on recycle davantage le verre que l’on va monter en fusion à 1500 °C. La température du calcin obtenu est ramenée à 1200 °C, il devient ainsi un matériau fibreux. Grâce à la force centrifuge, on va le transformer en fibres qui, travaillées différemment, entreront dans la composition des produits de la gamme. Le produit est recuit, un liant est ajouté, c’est lui qui donnera sa couleur définitive à la laine minérale.

La laine de verre va être recyclée et reconditionnée à l’infinie.

La fibre de bois

La laine de bois est considérée comme un isolant écologique naturel et performant, fabriqué à partir de fibres de bois. La matière première est prélevée au cœur des forêts locales, essentiellement Douglas, fournie par les scieries. Elle possède d’excellentes qualités d’isolation thermique et acoustique et entre en cohérence avec la construction à ossature bois que ce soit pour l’isolation des murs et des toitures.

Si la fibre de bois est effectivement écologique et naturelle, il reste des efforts à faire sur le liant, issu, pour le moment, du recyclage des bouteilles plastiques.

Les fondamentaux de la thermique

Dans la nature, il y a les conducteurs et les isolants. La conductivité thermique précise le comportement des matériaux lors du transfert thermique par conduction. Elle est notée lambda (λ). La conductivité thermique est située entre 30 à 40 pour les matériaux isolants. Plus le λ est petit, plus le matériau est isolant (à l’inverse, cuivre, acier : 380). C’est le flux de chaleur qui traverse 1 mètre carré d’une paroi de 1 mètre d’épaisseur lorsque la différence de température entre les deux faces de cette paroi est de 1 degré : 7 mètres d’épaisseur de béton sont équivalents à 10 cm de laine de verre !

La mise en œuvre

Dans le bâtiment, les plâtriers et professionnels de l’isolation vont intervenir sur les murs et la toiture. Il y a également le sol, les ponts thermiques, et la VMC, devenue incontournable dans nos bâtiments très isolés.

Une fois considérées les qualités du produit, la mise en œuvre dans le respect des règles est tout aussi essentielle. C’est là que nous, artisans, avons notre rôle à jouer. La mise en œuvre est déterminée par des normes que nous ne pouvons pas ignorer.

Certaines de ces règles ne sont pas toujours respectées. Il est par exemple obligatoire de poser des déflecteurs avant de souffler un isolant. Certes, cela rend le chantier plus contraignant mais, du fait des aides octroyées, les contrôles sont également plus fréquents.

La hiérarchie règlementaire

Normes, DTU, avis techniques sont légion dans un contexte d’incitations fiscales autour de l’isolation. Le marché est porteur pour les 10 prochaines années, à tel point que les industriels sont en train d’augmenter leur capacité de production pour répondre à la demande du marché.

Le DTU 25.41 est notre code de la route. Si le produit est trop récent pour être soumis au DTU, c’est l’industriel qui doit fournir un avis technique. Et n’oublions pas la RT2012 et ses exigences en matière de performance de l’enveloppe du bâtiment.

Après l’effort…

Après un exposé relatif à la mise en œuvre des deux types d’isolants présentés, nous avons rejoint le buffet dressé par Mylène et Bruno et offert par nos partenaires ISOVER et ISONAT, pour un moment de détente et d’échange avec les collègues.

Face à l’enthousiasme et à l’intérêt de la majorité de nos collègues, il a été d’ores et déjà décidé de donner une suite à cette réunion. Rendez-vous à la fin du premier trimestre 2019 !

Vos interlocuteurs

Merci à :

Patrice FRESLON, Moniteur Technique ISOVER : 06 70 04 94 62.

Olivier FERAL, Délégué Régional Bâtiment ISOVER : 06 89 99 58 57.

Alexandre BLANC, Délégué Commercial ISONAT : 06 45 47 29 65.

Vous conseiller, vous accompagner, vous défendre

Vous conseiller, vous accompagner, vous défendre

« Plus forts ensemble » : le slogan de la CAPEB n’a rien perdu de sa pertinence. Quoi qu’il en soit, nous ne serons jamais mieux servis que par nous-mêmes. Qui, mieux que nous, peut savoir de quoi ont besoin nos entreprises artisanales du bâtiment ?

Nous sommes dans un monde où les choses bougent vite. Entraînés par le flot, nous négligeons de jeter un regard sur le chemin parcouru. La CAPEB Gironde vous invite à profiter de l’été pour faire le point des avancées syndicales de l’année passée.

Télécharger Action syndicale 2017

Tout tend à nous faire croire qu’un artisan, avant d’être un « homme de l’art », est un dirigeant d’entreprise. Or, l’ADN de la CAPEB, ce sont les métiers : l’oublier serait perdre notre âme. Ce qui fait la richesse intemporelle de l’artisanat, ce sont bien nos savoir-faire, ne nous y trompons pas. Les années qui viennent pourraient bien nous le rappeler : nous avons voulu, comme dans la chanson « La Montagne » de Jean Ferrat, une autre vie pour nos enfants :

Leur vie, ils seront flics ou fonctionnaires
De quoi attendre sans s’en faire
Que l’heure de la retraite sonne

En allant chercher, là où elles se trouvent, les compétences qui nous font défaut en gestion, comptabilité, commercial, avec l’aide de notre organisation professionnelle, il est permis à tous de devenir un honorable dirigeant d’entreprise. En revanche, il faut du temps, de la patience et de la passion pour faire un artisan émérite…

Chauffage et climatisation

ÉCO ÉNERGIE HABITAT
CLIMATISATION CHAUFFAGE
337, avenue Thiers
33000 BORDEAUX
Tél. 05 47 74 52 23
Tél. 06 67 17 78 16
BAUBIET Laurent
eco.ener@orange.fr

ÉNERGIES ÉCOLOGIQUE ET HABITAT
GÉNIE CLIMATIQUE
112, avenue de la Marine
33700 MÉRIGNAC
Tél. 05 56 51 11 26
Tél. 06 58 28 60 12
BOUQUEY Philippe
philippe.bouquey@numericable.fr

AQUITAINE SERVICE PLUS
CHAUFFAGISTE
37, avenue de Gradignan
33850 LÉOGNAN
Tél. 05 56 64 55 75
DELAGE Guy
comptabilite@aquitaineserviceplus.fr

NFG RÉNOV
ÉLECTRICITÉ PLOMBERIE CHAUFFAGE
Lieu-dit Bramepan
33650 SAINT-MORILLON
Tél. 07 78 66 88 35
GROLLEAU Frédéric
nfgrenov@gmail.com

BIENKOWSKI
ENTRETIEN DÉPANNAGE CHAUDIÈRES
19, rue d’Olive
33290 PAREMPUYRE
Tél. 05 56 57 07 11
BIENKOWSKI Philippe
philippe.bienkowski@wanadoo.fr

ICSA 33
CHAUFFAGE
26, allée de Migelane
33650 SAUCATS
Tél. 05 56 72 54 94
CARRERAS Pierre
sarl.ics33@gmail.com

MARTIN FRANCO
PLOMBERIE CHAUFFAGE SANITAIRE
11, rue du Port
33800 BORDEAUX
Tél. 06 35 29 90 55
FRANCO Alex
sarlmartinfranco@gmail.com

1f0259d4d38fc99a8bca98bf136de9ffccccccccc