Une AG CAPEB Gironde 2018 placée sous le signe de la modernité et de l’ouverture : ouverture vers la nouvelle génération, elle était largement représentée, ouverture vers nos partenaires, quel que soit leur domaine de compétence, ouverture vers les métiers. Signe des temps, les jeunes artisans viennent à leur AG accompagnés de leurs collègues architectes.

Mon ami et complice Jean-Luc CAILLEAU, malade, ayant déclaré forfait, c’est sa trésorière adjointe, Marion GRANET, cadette du bureau, qui m’assistait pour la lecture des comptes. Notre CAPEB est en bonne santé financière. Cela m’a donné l’occasion, une fois de plus, d’expliquer la présence de Philippe LAFARGUE, expert-comptable, et de Philippe GAUDRIE, commissaire aux comptes. La gestion d’une organisation telle que la nôtre représente une lourde responsabilité, la présence de ces deux professionnels est essentielle en terme de conseil, d’accompagnement, elle est aussi rassurante.

Nous avons besoin de compétences extérieures pour gagner en efficacité et nous enrichir d’autres points de vue. Cette année, la table ronde portait sur le BIM. Ce sujet aurait pu en inquiéter quelques-uns, c’est la raison pour laquelle j’ai choisi GR BIM, Émilienne et Jean-Baptiste, pour nous accompagner. Mission accomplie : ils ont su dédramatiser, tout en restant professionnels et exigeants sur le niveau de l’intervention. Merci à eux. Ce partenariat doit maintenant se construire et grandir. Encore un beau challenge !

L’AG est un des rares moments où tous ceux qui font la CAPEB Gironde sont réunis : les artisans, les architectes, les partenaires, mais aussi les écoles. David LABARBE, du BTP CFA, Olivier HERCÉ, proviseur du Lycée professionnel Henri-Brulle de Libourne, Renaud DE LIMA, délégué régional des Compagnons du Devoir, Véronique MARTIN de la Fédération Compagnonnique des métiers du bâtiment, Bernard LAGOUARDE, un des Meilleurs Ouvriers de France, et son épouse, nous ont fait l’honneur de leur présence.

La réussite de notre AG 2018 tient à une alchimie qui émane également du lieu. J’ai choisi le Château La Fleur Morange, d’abord parce que Jean-François et Véronique JULIEN sont des amis, ensuite parce que ce grand cru classé de Saint-Émilion possède une histoire atypique, c’est un vin d’artisan ébéniste !

Notre CAPEB a fêté ses 70 ans. J’en suis le président en Gironde depuis 2011. « Comment continuer à faire du syndicalisme à l’époque de l’individualisme triomphant, du tout dématérialisé, de l’immédiateté ? » Posée différemment, cette question est devenue, avec humour, « Comment ne pas devenir un vieux con ? », dans un texte revu avec mon ami Patrick : « Pourtant, la seule façon de ne pas devenir un vieux con, c’est précisément de lutter. Le coup d’œil dans le rétroviseur ne doit pas être l’occasion d’une noyade dans la nostalgie. Au contraire, nous devons y retrouver les forces pour maintenir notre capacité d’indignation. Ne jamais s’accommoder de la médiocrité. Toujours croire que toutes les luttes sont à mener, même celles que l’on perdra… Et guider les nouveaux venus, en les laissant commettre ce qui ressemble pour nous à des erreurs. Détermination, travail, transmission dans nos entreprises comme dans la vie, voilà les meilleurs remèdes pour éviter de devenir un vieux con ! »

Michel DUMON

5db3dd167f8c25f0f13b6b66a6934ec5%%%%