Métrologie et prévention des sinistres

15 juin 2017

Soirée proposée par Jean-Paul Pichenot
et les Eco Artisans

Les Éco Artisans® sont des professionnels formés à la performance énergétique des bâtiments. Ils s’engagent dans une approche globale en rénovation en lien avec le grenelle de l’environnement. Ils ont également un devoir de conseil sur les aides disponibles pour la mise en œuvre des travaux.

Le référentiel s’articule autour de trois engagements :

  • proposer aux clients une évaluation de la performance énergétique des logement,
  • apporter un conseil global en rénovation énergétique,
  • réaliser les travaux dans son corps de métier et en vérifier la qualité.

« Métrologie et prévention des sinistres » est le thème de ce soir.

Le débat s’ouvre sur un exemple rencontré par Daniel Sellier, responsable de section, lors de la pose d’un plancher dans un immeuble. Le bâtiment est une chaîne : un architecte, un maître d’ouvrage, des artisans. Il suffit d’un défaut de communication et le sinistre n’est pas loin. Dans le cas évoqué, le lot déshumidification a été supprimé sans que les intervenants en soient avertis. Résultat, un plancher qui présente des craquements et un attachement…

Le DTU dit que l’immeuble doit être sain pour la finition ; c’est à la maîtrise d’œuvre de s’en assurer afin de donner les autorisations.

« Nous savons tous que Bordeaux est construite sur des marécages », dit un autre artisan. Il prévient ce type d’incident avec un carottage en phase d’exécution, notifié dans le mémoire technique. « Notre devis s’entend après lecture du mémoire technique », précise t-il.

Jean-Paul Pichenot rappelle les règles : Le maître d’œuvre est responsable de la conception, l’artisan de sa mise ne œuvre. Les documents contractuels sont là pour nous protéger ! « Ne faites par l’erreur de partir d’un mémoire type, mais répondez soigneusement au besoin du client », précise t-il. « On ne peut plus rien modifier sans un accord écrit ».

Le débat prend une tournure inattendue, car c’est bel et bien de communication dont il est question. « Nous devons nous exprimer et être force de proposition », dit Alain Roque. « Quand vous êtes au tribunal, il est trop tard. Il faut travailler en prévention. Notre expertise suppose aussi la qualité relationnelle ».

En résumé, les sinistres naissent de trois invariants :

  • Défaut de connaissance.
  • Défaut de contractualisation.
  • Défaut d’études.

Nous en venons, de fil en aiguille, à la présentation d’un outil de mesure de l’hygrométrie. Face à une telle situation, c’est très simple», dit Jean-Paul : « M. l’architecte, ça clignote rouge, je ne fais rien ! Point ».

Il propose aux artisans de la Capeb33, s’ils le souhaitent, et s’ils sont capables de réunir un groupe de 30 personnes, une formation gratuite de 30 minutes à 1 heure sur l’hygrométrie.

Le président Dumon rappelle le partenariat signé avec le bureau d’études JPENERFORM, pour éviter justement tout défaut d’études : commissionnement, dimensionnement, pertes de charge, etc. « L’autoformation est indispensable pour monter en compétence », ajoute-t-il.

f1e4590769abef4a7392146e76d9de80{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{{