Artisan Citoyen

Mouvement Artisan Responsable

Artisan Citoyen, mouvement artisan responsable, est né d’un grand vide : celui d’un véritable débat citoyen autour de l’artisanat. Tout au long de l’été, le conseil d’administration de la Capeb33 a choisi de mener une campagne pour la gestion des Chambres des Métiers et de l’Artisanat de Gironde et Nouvelle Aquitaine. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, rejoignez-nous

RSI : Parlons en…

« Certains partagent un panneau d’affichage avec un cirque pendant que d’autres partagent leur lit avec le RSI !!!! » Voilà ce que j’ai pu lire ce matin sur notre page facebook… Cette phrase est à l’image de la campagne que nous venons de vivre : coups bas, attaques...

lire plus

Les taxis Artisans Citoyens avec nous !

Les taxis Artisans Citoyens avec nous ! Taxi driver « Il y a toute une faune qui sort la nuit… » : Vous souvenez-vous ? Taxi Driver, Robert De Niro dans son taxi jaune… C’était en 1976. Monde de la nuit, univers parallèle, parfois glauque et marginal. A l’époque les...

lire plus

Les artisans ne sont pas des courtisans

Les artisans ne sont pas des courtisans Un mode de penser « artisan » ? Dans son livre Condition de l’homme moderne, la philosophe Hannah ARENDT classe l’activité humaine selon 3 catégories : le travail, l’œuvre, et l’action. La première a pour...

lire plus

50 Propositions pour l’Artisanat

50 propositions pour l’artisanat Préambule L’artisanat est un secteur économique puissant (1,1 million d’entreprises), un chiffre d’affaires important (80,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires). C’est avant tout un vecteur du « vivre ensemble », en ville, dans les...

lire plus

Joël Mauvigney : « Dites NON aux contrefaçons ! »

 Joël Mauvigney : « Dites NON aux contrefaçons ! »  Joël, pourriez-vous nous présenter votre entreprise ? J.M. : La SARL Mauvigney est une entreprise vieille de trois générations. J’ai repris l’entreprise de mon père en 1985, aujourd’hui, mon fils, Jauffrey, a pris sa...

lire plus

Une Liste ouverte à tous

Partout, le citoyen se sent coupé de la décision politique, l’actualité ne viendra pas me contredire, la loi travail en est un exemple frappant : on ne discute plus. Trop d’affaires, de profits personnels, de luttes d’égo et de pouvoir, les partis politiques, tout...

lire plus

Le best of Artisan Citoyen sur Facebook

Les artisans sont très occupés. Ils n’ont guère le temps de lire ou de s’informer. En revanche, nombre d’entre nous sont connectés au réseau Facebook, c’est pourquoi l’équipe ARTISAN CITOYEN a choisi ce moyen de communication pour informer ses collègues.

C’était le 25 février 2016, au Château La Fleur Morange, près de Saint-Émilion, que l’aventure a commencé. Depuis nous avons fait du chemin. Nous avons rencontré beaucoup d’artisans, de tous métiers, partout en Gironde. Nous avons lu beaucoup de journaux pour comprendre l’image de l’artisanat et de la TPE/PME qu’ils véhiculent.

Nous pensons que nous ne changerons rien si nous ne changeons pas nos façons de penser. ARTISAN CITOYEN essaie de donner une information la plus juste possible afin de permettre aux artisans de choisir en connaissance de cause. Le 19 octobre 2016, ne marquera pas la fin de l’aventure, mais le véritable début !

Nous avons sélectionné notre best of Facebook, les post les plus aimés, les plus partagés.

« Je ne veux pas être premier ministre, je veux porter mon projet ». C’est le candidat à la primaire de la droite, Bruno LE MAIRE, que la liste ARTISAN CITOYEN reçoit aujourd’hui.
Une quarantaine de colistiers l’attendent, en compagnie de quelques invités.
L’homme est sympathique, décontracté, à l’écoute.
Michel DUMON l’accueille avant d’entrer dans le vif du sujet : le monde artisanal qui, s’il apparaît aujourd’hui enthousiaste, positif et responsable, n’en est pas moins fatigué et inquiet. « Si vous nous dites que vous allez baisser les charges, on va vous sauter au cou ! Mais est-ce possible ? Il y a un pays à gérer… »
« Je n’ai jamais travaillé dans une entreprise privée, dit-il, mais c’est sur vous, les PME/TPE, que s’appuie mon programme « Un travail pour tous », parce qu’il y a davantage de dignité à vivre de son travail que des aides sociales. Ce n’est pas moi, qui vais créer des emplois, aucun politique n’a jamais créé d’emploi, excepté ceux de la fonction publique qui sont en trop grand nombre aujourd’hui, c’est vous les petites entreprises ».
Bruno LE MAIRE veut balayer les tabous du travail : charges sociales, formation professionnelle et surtout revitaliser les métiers manuels. « L’intelligence de la main, vaut celle du cerveau », dit-il. Elles sont surtout complémentaires et indissociables. Son cheval de bataille : « La fin du collège unique », la découverte des métiers, dès la 6e. Nous lui faisons remarquer qu’il s’attaque au pré carré de l’éducation nationale. Qu’à cela ne tienne ! Le choix d’un métier doit être une réussite pas un échec. Il veut fusionner GRETA et CFA, placés sous la responsabilité des régions et des entreprises.
Nous égrenons ensemble les sujets : Maintenir les qualifications, alléger les charges, simplifier le RSI, simplifier le CDD, encadrer les ruptures conventionnelles, plafonner les indemnités prud’homales. Bruno LE MAIRE ne reviendra pas sur 35 heures, mais rendra la liberté à l’entreprise de choisir son temps de travail.
Nous lui remettons les « 50 propositions pour l’artisanat » de la liste ARTISAN CITOYEN avant qu’il ne prenne la direction de Bordeaux pour le meeting du soir.

Être Artisan Citoyen, c’est être artisan et avoir fait le choix d’influer sur son propre destin. C’est revendiquer son libre arbitre. Seulement 18% d’entre-nous ont voté aux dernières élections des Chambres de Métiers et de l’Artisanat, plus en campagne qu’en ville.

Les artisans se disent globalement satisfaits des services rendus. Il ne s’agit donc pas d’un désaveu des CMA. Alors, pourquoi si peu d’intérêt pour les élections ?

Est-ce dû à un amalgame avec le syndicalisme ouvrier français où le faible nombre d’adhérents n’empêche pas la représentativité ? Doit-on y lire l’échec des organisations professionnelles à mobiliser les artisans ? Notre destin est entre nos mains, si nous voulons que l’artisanat continue d’exister :

VOTONS !

« Il faut que le centre ville soit réoccupé par les métiers de bouche » : c’est une phrase de Jean-Pierre COFFE… C’est ce que je me suis dit en arrivant devant la boutique de Cyril SAN NICOLAS.

La couleur, la gourmandise, tout rappelle les pâtisseries de notre enfance, à l’époque où les boutiques étaient des lieux de vie. Jusqu’au sourire de Cyril, ce jeune pâtissier talentueux, qui nous rappelle que l’artisanat, c’est un savoir-faire, et dieu sait qu’il place la barre haut, mais c’est aussi une relation différente à l’humain. Vous trouverez facilement sa boutique, elle illumine la rue Duffour-Dubergier.

Kouglof bordelais, canelés, tarte crumble au vin de Bordeaux, perles du vignoble… Il y a dans sa pâtisserie toute notre culture du Sud-Ouest. Tout ce qu’on aime et qu’on a envie de partager.

Cette culture, elle n’est pas statique, la meilleure façon de l’aimer, c’est de la revisiter en permanence. C’est ce qu’il fait avec ses copains, les 7 entremetteurs, des pâtissiers made in Bordeaux. Allez faire un tour sur leur page Facebook, ils travaillent, et en plus ils s’amusent !

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté… » Dès que l’on passe la porte de la VILLA D’ESTHÉ, soins de beauté, au Bouscat, on sort un moment des contingences et des lourdeurs du quotidien, pour un monde centré sur l’art de vivre, destiné à nourrir la satisfaction des sens et la contemplation esthétique. Comme dans le poème de Charles Baudelaire.
Il émane de la personnalité de ce chef d’entreprise (depuis plus de 10 ans) cette même assurance, cette même sérénité. Rien d’étonnant à ce que Carole TOUZOT soit Meilleur Ouvrier de France.
Carole ne peut pas m’accorder beaucoup de temps, les clientes attendent déjà. Elle évoque son attachement pour la vénérable institution qui récompense ceux qui ont porté au plus haut leur art.
Pour l’heure, sa préoccupation, c’est l’arrivée prochaine du tram dans l’avenue de la Libération. Ce que Carole aimerait ? Passer davantage de temps avec sa famille, elle quitte son domicile tôt le matin, elle rentre tard le soir… Carole sera la voix des esthéticiennes dans notre équipe. Bienvenue !

Un monsieur me dit qu’un mot l’irrite particulièrement : « Citoyen ». « Mis à toutes les sauces, il ne veut plus rien dire », ajoute t-il. La remarque me fait sourire. C’est peut-être ce que j’aurais dit, moi-même, il y a encore quelques mois…

C’était sans compter sur une certaine loi sur la représentativité. Voici comment je l’ai entendue : « Toi, Michel Dumon, charpentier de ton état, tu dois travailler plus, pour gagner plus, pour payer plus d’impôts et de taxes. Ensuite, tu dois donner du travail à tes salariés, tu dois aussi poursuivre ton œuvre de transmission du savoir auprès des plus jeunes. N’oublie pas de collecter les charges sociales et la TVA pour servir ton pays, ni de répondre à tes obligations d’employeur : la sécurité, le document unique, le compte pénibilité, etc. Et enfin, TAIS-TOI !

Nous avons des droits, parce que nous avons des devoirs. Les artisans ont le sentiment de n’avoir plus que des devoirs… Peut-être est-ce pour cela que le mot « Citoyen » a retrouvé tout son sens. Il en va ainsi avec certains mots, ils prennent de l’épaisseur lorsqu’on en perd le privilège : demanderiez-vous à un malade si le mot « Santé » a un sens ?

Premier rassemblement de la liste Artisan Citoyen fortement perturbé par les embouteillages du vendredi soir… Chacun est venu exprimer ses attentes dans la construction du projet pour la CMA.

D’emblée, plusieurs directions émergent.

• Le groupe de l’équipe sortante, dont Joël MAUVIGNEY et Yves GUILLEMAUT, nous rappelle l’importance de communiquer sur le bilan des 2 derniers mandats. Lorsque nous avons pris la direction de la CMA, avec Yves PETITJEAN, il y a 12 ans, la situation était dégradée. Aujourd’hui, elle est en parfait état de fonctionnement : des agents opérationnels et dévoués, choisis pour leur implication, des actions d’envergure, dont le CFA, des comptes positifs et transparents. Il faut avoir conscience que les autres départements craignent une hégémonie de la Gironde : les artisans de Gironde sont plus nombreux, notre CMA est aussi la plus riche. C’est pourquoi nous devons rester modestes et affirmer notre volonté d’impulser cette dynamique à toute la Nouvelle Aquitaine.

• L’équipe des militants de la Capeb s’inquiète de la distance prise avec les organisations professionnelles. J’ai beaucoup œuvré pour la promotion de l’UPA dans notre région, il est maintenant nécessaire d’expliquer que les attentes des artisans ont évolué. Il y a d’un côté le débat national, qu’il est essentiel de poursuivre, de l’autre, la dynamique locale que nous seuls pouvons insuffler.

• Enfin, il y a le point de vue des jeunes artisans avec, à sa tête, Marion GRANET et Cyril SAN NICOLAS, soutenu par de jeunes artisans de la Capeb qui, s’ils ne sont pas sur notre liste, sont bien décidés à prendre une part active aux débats. Ceux-là attentent de la créativité, de l’audace, du dynamisme, de la solidarité ; ils n’ont pas envie d’entendre la contestation, l’opposition systématique, ils veulent des projets concrets, de l’optimisme et du plaisir à débattre ensemble…

L’expérience, l’implication, la modernité : Nos réunions s’annoncent passionnantes !

« Je n’avais pas compris ? ». J’entends cela tous les jours à l’approche des élections aux CMA. Une stratégie de communication douteuse est en train de semer le trouble et la confusion dans l’esprit de nombre de nos confrères. Ils s’apprêtent à voter pour nos opposants pensant plébisciter la gestion de leur CMA.

TOUS LES ARTISANS DOIVENT LE SAVOIR : Le slogan « Fier d’être artisan » émane des Chambres de Métiers (voir badge de la campagne), il a été cédé par la CMA de l’Isère à la Fédération du Bâtiment, tête de pont du MEDEF pour infiltrer l’APCMA.

ON ESSAIE DE NOUS DUPER… SOYONS VIGILANTS !!!